Presentación
Samuel Máynez Vidal

Les 90 études, présentées ici, sont pensées pour des violoncellistes de niveau moyen-avancé. Cette nouvelle proposition aborde un autre type de contenus et de difficultés techniques que ceux que l'on trouve dans les méthodes traditionnelles. 

Le but principal de cette collection d'études vise à être un outil de facile assimilation destiné à éveiller chez l'élève enthousiasme et d'intérêt pour l'acquisition de nouvelles compétences techniques. Le procédé pour obtenir les avantages proposés ici est d'associer le développement musical de l'étudiant à l'acquisition de nouvelles ressources techniques, faisant de l’aspect artistique-expressif-musical le moteur pour accéder, parvenir et obtenir un résultat satisfaisant.

Pour parvenir aux compétences techniques et interprétatives complètes, il est nécessaire que technique et développement musical marchent de concert, en se souvenant que ce jeu est atteint quand on obtient que le difficile se transforme en quelque chose de facile. L’apprentissage des contenus techniques de ces études doit permettre de s’ouvrir à un répertoire plus vaste et attrayant. Il permettra d’atteindre le niveau de compétence requis pour surmonter les exigences techniques particulières réclamées par certain passage, offrant ainsi des armes précieuses pour faire face à une grande variété d'œuvres.

Pour ce qui est de la conception formelle de la composition de chaque étude,  je considère qu'il est opportun de mentionner les caractéristiques et les aspects subséquents qui ont été envisagés pour leur réalisation :

1.- Selon la nature des problèmes techniques à traiter, la forme a été obtenue par la seule exposition d’un motif simple perpétuel, ou  bien d’un développement mélodique binaire, ou encore par un développement ternaire.

2.- En ce qui concerne la taille des études, on a décidé d’en réduire la taille traditionnelle qui contribue à capituler avant  la fin et de permet ainsi à l’élève d’éviter épuisement et frustration.

3.-Les études avec des motifs perpétuels alternent avec celles où se combinent des coups d’archets multiples.
4.-Le choix des tonalités correspond à celles qui ont été considérées comme les plus favorables, en fonction de la problématique technique à traiter, tout comme celles des caractéristiques organologiques imposées par l’instrument.  
5.- Du fait de leur qualité musicale certaines de ces pièces peuvent être jouées en concert.

6.- Les Etudes ne sont pas progressives, leur ordre correspond à celui de leur composition.

Pour appuyer ce qui a été dit antérieurement quant à l’intérêt de la technique et au fait qu’elle doit être au service de la musique, je voudrais partager l’expérience suivante : 

Un jour, après avoir écouté un concert donné par un des meilleurs violoncellistes de tous les temps, Pierre Fournier, l’un de mes maitres s’approcha de moi et me dit : « Pierre Fournier possède la technique suffisante pour pouvoir jouer tout ce qu’il se propose malgré ses problèmes physiques ». Ce commentaire me sembla alors désobligeant et sarcastique. Mais, les années passant, j’ai compris son sens : la technique ne doit jamais prendre le pas sur l’interprétation, car cela signifierait promouvoir  l’habilité en oubliant et en abandonnant l’expression musicale. C’est donc ici que nous parvenons à la célèbre phrase de Beethoven qui répétait incessamment : « On pardonne un manque de justesse ou une faute technique, mais ce qui ne se pardonne pas c’est l’absence d’expressivité ».

Après avoir évoqué ces dernières réflexions,  je ne peux assumer ma position de compositeur qu’en donnant équilibre et réciprocité à ces deux aspects. Ils se complètent solidairement, en fonction de ce que nous dicte notre tempérament et notre authenticité musicale,  et je considère qu’il n’est pas possible de comprendre l’un sans l’autre, car la technique devient le véhicule pour se déplacer dans le domaine de la musique.

 

 

Preámbulo
Iñaki Etxepare

Diverses sont les intuitions qui poussent une personne à réaliser des choses dans sa vie. La naissance de ces 90 Etudes pour violoncelle a surgi des raisons qui m'ont amené à solliciter ces compositions auprès de Samuel Máynez Vidal.

Mon expérience d’enseignant de violoncelle m'a fait comprendre que, dans l’ensemble de notre répertoire, les professeurs  choisissent les mêmes études, génération après génération, et dédient de longues années de leur vie à les enseigner. C’est une nécessité vitale de fraicheur, d'aération et de régénération de la vie quotidienne qui m'a incité à solliciter une telle entreprise auprès du compositeur.

Par ailleurs, un grave accident de la main droite m'a contraint à disposer de plus de temps, et, en même temps, m’a poussé à chercher à récupérer des sensations perdues. C’est ainsi que j'ai pensé et senti que la collection d'études demandée au compositeur Maynez me permettrait de procéder à la révision complète et à l’édition définitive des études. Cela  impliquait mener une recherche sur les doigtés, les articulations, les coups d'archet. J’aurais alors ici un bon exercice en vue de ma récupération. Ces études m'ont finalement beaucoup aidé, tant physiquement que psychologiquement. J’en conclus qu’un malheur personnel a contribué à la réalisation d'un travail qui pourra être partagé avec d’autres, et cela me rend heureux.

Par ailleurs, les manques partiels  des collections d'études réalisées par d’autres compositeurs pourraient être complétés par l'écriture violoncellistique de Samuel Maynez. C'est ce que j'ai ressenti au fur et à mesure qu'il développait ses études. Plus précisément, le travail des sonorités est l’un des aspects les plus importants de ce que ces études nous offrent.

Avant la présente édition, les études ont été travaillées avec des étudiants de différents niveaux ; le dénominateur commun est que tous ont été comme pris au piège  par une « baguette magique ». Ils  ont travaillé ces études avec bonheur et enthousiasme, ils ont mis de côté la sensation d’épuisement due à  l'effort nécessaire pour atteindre et surmonter les divers problèmes techniques que contiennent les études.

Cette collection a d’abord compris 15 études, puis il y en a eu 25, le nombre a monté jusqu'à 50, puis il a atteint 90, et je ne dis pas jusqu'où on pourrait arriver ! La variété et les différentes particularités qui distinguent  toutes ces compositions m'amène à exprimer mes éloges et mon admiration pour l’infinie capacité créatrice de Samuel.

Le talent des enseignants, dans l’élection que chacun d’eux fera de l'étude qu’il considèrera idéale pour un élève particulier, à un moment précis de son travail, culminera dans les progrès musicaux qui  porteront les élèves sur le chemin du plaisir et de la satisfaction de l’effort récompensé.

Les idées musicales circulent à travers les affluents qui donnent dans une mer d'idées créatives et j'espère qu'elles serviront à  de nouvelles générations de musiciens et  qu'ils pourront ainsi profiter de la musique, cet art qui seulement se comprend avec des sentiments et qui peut-être se ressent par la compréhension.